Juan Arbelaez | L histoire
1745
page-template,page-template-full_width,page-template-full_width-php,page,page-id-1745,mkd-core-1.1,ajax_fade,page_not_loaded,,burst-ver-1.7, vertical_menu_with_scroll,blog_installed,wpb-js-composer js-comp-ver-5.0.1,vc_responsive

Les débuts…

A 18 ans, Juan Arbealez quitte Bogota, en Colombie pour réaliser son rêve, cuisiner à Paris. Sans diplôme, sans contact et sans piston…
Son audace, alliée au hasard des rencontres, le propulse dans les coulisses du Cordon Bleu, aux côtés des chefs enseignants de cette école de renom.
Là, Juan observe tout, apprend beaucoup. Si bien qu’au bout de deux ans, il est recommandé auprès du chef triplement étoilé Pierre Gagnaire pour intégrer ses cuisines parisiennes, rue Balzac.
Suivront des tables prestigieuses comme celles d’Éric Briffard au George V** et d’Éric Frechon au Bristol***.

 

En 2012, sans le prévenir, des amis envoient sa candidature pour participer à l’émission Top Chef sur M6. Il est retenu.
Une expérience qu’il compare à un tremplin magique.
Notamment pour créer sa première table l’année suivante à Boulogne : Plantxa avec Enrique Solano. Il y fait une cuisine qu’il qualifie de salsa-cancan. Il y officiera pendant 3 ans.

… La Suite

En 2015, il s’associe avec Mauricio Zillo et fonde le restaurant A Mère, 49 rue de l’Échiquier dans le 10ème à Paris.
C’est une cuisine bistronomique inventive et déroutante, un petit restaurant cosy et intimiste où on joue avec l’amertume.

La même année, il intègre l’équipe de Stéphane Bern dans l’émission CCVB sur France 2 où il a sa chronique culinaire pendant un an.
Sur Eurosport, dans l’émission Demain je m’y mets avec Géraldine Pons, il anime également une chronique culinaire et santé pendant 6 mois.

Début 2016, il prend les commandes des cuisines de l’Hôtel Marignan Champs Élysées*****, et crée le restaurant Nubé où il dépoussiérera les codes et la carte en y faisant sa « révolution culturelle ». Il prône une cuisine mouvante et émouvante dans une atmosphère un brin décalée, où saveurs venues d’ailleurs et accords parfaits rythment désormais la vie du Nubé.

Il ouvre ensuite un deuxième restaurant, Maya, à Ville d’Avray avec son associé Enrique, restaurant dans le même esprit que Plantxa mais dans un lieu un peu plus intimiste et chaleureux, au décor en bois et aux couleurs chaudes. Maya propose à ses clients une cuisine de marché franco colombienne.

Septembre 2016, c’est aussi l’ouverture du restaurant LEVAIN à Boulogne-Billancourt, où Juan s’associe avec Sept Monts et Borderline. Le concept en est « simple » : Le Pain au levain et le Vin. Le pain est considéré comme le produit de base de l’alimentation française. Chez Levain, il est replacé au centre de l’assiette, décliné et associé aux meilleurs produits du terroir. Pour le vin, idem, ils prennent le meilleur de notre terroir, en s’associant avec des producteurs de qualités venu de la France entière.

En 2017, Il décide de s’associé aux frères Chatzios, Pierre-Julien et Grégory, les fondateurs de la grande marque d’huile d’olive grec KALIOS. Cette nouvelle aventure les emmène dans les nouveaux quartiers de Saint Ouen. En partenaire avec le renommé architecte Saguez et Partners, tous ensemble, ils créent le Yaya ! Yaya c’est le surnom donné aux grands-mères dans les pays de la Méditerranée.
Ce nom qui évoque le partage et la famille, ce restaurant nous fait voyager en Grèce le temps d’un repas dans une ambiance plus que conviviale.

Octobre 2017, le Limon ouvre ses portes successeur de Nubé, c’est le nouveau restaurant de l’Hôtel Marignan Champs Élysées.
Juan a imaginé ce nouveau concept autour d’un fil conducteur : les agrumes.
Le lieu se veut relaxant et pensé comme un salon parisien, mêlant le velours au cuir, dans un cadre chaleureux et élégant.

… A suivre